La Fiancée par Kiera Cass

~ Résumé ~

Hollis Brite a grandi à la cour de Coroa, rêvant – sans trop y croire – d’attirer l’œil du jeune et beau roi Jameson, connu pour ses multiples conquêtes. Un jour, pourtant, c’est elle qui lui fait tourner la tête…
Mais, alors que Jameson est sur le point d’annoncer leurs noces prochaines, l’arrivée d’un jeune noble en provenance d’un royaume voisin va changer la donne : attentionné et perspicace, il semble comprendre Hollis mieux que quiconque auparavant.
L’avenir radieux promis à la jeune fille devient soudain beaucoup plus incertain : renoncera-t-elle à un destin royal, quitte à se couper de ce qu’elle a toujours connu ?

~ Chronique ~

Bonjour à tous et à toutes ! J’espère que vous allez bien. Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’une assez grosse déception malheureusement, et il s’agit de La Fiancée par Kiera Cass, publié chez la Collection R que je remercie encore pour l’envoi ! Il n’y a absolument rien qui m’ait semblé limpide au final dans cette lecture, et je viens donc vous expliquer pourquoi.

Je ne fais aucunement cette chronique par plaisir de critiquer un roman, mais parce que je pense que, de même qu’il est important lorsque l’on a adoré un livre d’expliquer pourquoi, il est important aussi de le faire pour un roman que l’on n’a pas aimé et montrer ainsi lorsque quelque chose est problématique et pourquoi pas permettre de l’éviter à l’avenir.

PRÉSENCE DE SPOILERS DANS CETTE CHRONIQUE.

Je ne sais même pas par où commencer tellement le problème me semble vaste. Alors je vais aller dans l’ordre de ce qui me vient en tête en repensant à cette lecture.

Tout d’abord, il n’y a quasiment aucune description des personnages, que ce soit de leur physique ou de leur caractère. Je ne sais absolument rien sur Hollis si ce n’est qu’elle est blonde, ce qui est répété à plusieurs reprises ça par contre. Personnellement, cela m’a totalement empêchée de me les représenter et ça n’a pas aidé pour que je m’attache à eux. Toute ma lecture ne fut que voix auxquelles il m’était impossible d’assortir un visage, chose que je trouve assez frustrante pour ma part.

Ensuite, j’ai trouvé ce récit lent. Pour moi il n’y a aucune intrigue, si ce n’est celle d’une jeune femme qui papillonne entre deux hommes. Tous les autres aspects du roman – politiques, royaux, familiaux – passent à la trappe au profit de cette romance sans profondeur ou intérêt. Le triangle amoureux arrive tel un cheveu sur la soupe (à seulement 70 pages), ce qui ne le rend aucunement crédible. Hollis voit arriver ce jeune noble et au premier regard, pouf ! Elle a complètement oublié son roi qu’elle aimait tant pourtant ! Son revirement est donc complètement improbable, la page d’avant le roi Jameson est l’homme parfait à ses yeux, la page d’après il lui devient insupportable de se trouver dans la même pièce que lui. Et cela ne nous est jamais expliqué par une plongée dans les sentiments profonds d’Hollis, non, l’auteure reste constamment à la surface.

Au final, je me rends compte que c’est le problème de tous ses personnages féminins. Après avoir lu La Sirène, La Sélection et maintenant La Fiancée, je vois que chacune des héroïnes de ces romans est creuse et indécise. Elles ne sont jamais contentes et se croient le centre du monde. Et surtout, elles changent d’avis toutes les deux pages, ce qui m’a passablement énervée, je dois le dire.

Suite à tout cela, il y a un réel problème dans le traitement qui est fait de la relation entre Jameson et Hollis. Les deux sont donc fiancés, avant que la jeune femme ne rencontre ce noble qui va lui faire tourner la tête. J’ai trouvé qu’encore une fois, il y a un problème de crédibilité dans ces fiançailles. Jameson est tout de même roi, il gouverne un royaume, l’arrivée d’une reine est donc censée être une affaire d’Etat ! Pourtant, leurs fiançailles se font de façon très discrète. Au lieu d’être annoncées, c’est par le biais de rumeurs que le roi laissent couler que la nouvelle se répand dans tout le royaume. Rien de très royal jusque là donc. Et c’est la même chose dans l’autre sens, lorsque Hollis souhaite abandonner le trône. Les fiançailles sont désormais connues de tou.te.s, pourtant, Hollis part sans qu’il n’y ait aucune conséquence, Jameson ne cherche pas à la retenir, et il n’a pas du tout peur du potentiel scandal que cela pourrait provoquer dans sa cour, tout simplement parce qu’apparemment dans ce fabuleux royaume les scandals n’existent pas et le roi est libre de se fiancer et de rompre les fiançailles autant que cela lui chante…

Les répliques échangées tout au long du roman sont extrêmement niaises. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai levé les yeux au ciel devant la masse de clichés énoncés et la naïveté des personnages.

Ce qui me mène à parler d’Hollis en particulier. Je me suis rendu compte qu’elle n’avait en fait aucune personnalité. Le peu de fois où elle essaie de se rebeller, elle en fait tout un fromage tellement elle est fière d’elle alors que cela n’a aucune importance à côté de tout ce qu’elle laisse faire. En particulier avec sa meilleure amie, Delia Grace, qui est également sa dame de compagnie. Delia Grace donc, m’a insupportée de la première à la dernière page. C’est un personnage antipathique, désagréable au possible, qui passe son temps à rabrouer, rabaisser et critiquer Hollis. Sans oublier le fait qu’elle avoue à cette dernière avoir conçu un piège pour charmer le roi Jameson et devenir reine (oui elle a beaucoup d’ambition la petite) parce qu’elle se croit bien plus à la hauteur pour cela qu’Hollis. On pourrait donc s’attendre à ce que cette dernière l’envoie au diable au bout d’un moment… Que nenni ! Elle continue à la voir comme une sainte même après avoir découvert la vérité, elle lui pardonne tout et parvient même à lui trouver des excuses ! De même avec ses parents qui la traitent comme une moins que rien alors qu’elle a quand même réussi à s’attirer les faveurs du roi… Mais non elle les laisse la traiter d’idiote. J’en suis venue à me demander si elle n’avait donc aucune fierté envers elle-même, et il faut croire que ce n’est pas le cas…

L’absence de personnalité d’Hollis est encore plus flagrante à la fin du roman. Moment où toute sa nouvelle belle-famille, y compris son bel amoureux, meurent dans un incendie provoqué par des chevaliers d’un pays ennemi. Devant un tel drame, je pensais que la logique serait de s’effondrer de malheur, ou du moins de montrer un quelconque choc devant une telle perte… Et bien négatif encore une fois ! Sa belle-mère, qui a elle aussi survécu (en perdant ses enfants et son mari donc) fait comme si de rien n’était, il lui faut cinq lignes pour dire à Hollis qu’effectivement, c’est bien triste tout ça mais que maintenant, il faut qu’elle retourne au château et supplie Jameson de la reprendre (quand je vous dis que ce roman est très réaliste…)

Je vais m’arrêter là pour cet avis, je pense avoir fait le tour de la question et j’espère avoir su expliquer de façon constructive le pourquoi du comment ce roman ne m’a pas plu. Je commence à me demander si les romans de Kiera Cass sont vraiment fait pour moi et je ne pense donc pas tenter le diable plus longtemps… J’ai donné à ce livre la note de 05/20

N’hésitez pas à me dire si vous l’avez lu et ce que vous en avez pensé par conséquent. J’aimerais beaucoup échanger avec vous là-dessus. D’ici-là, je vous souhaite de très bonnes lectures !

Coline 🌻

Auteure : Kiera Cass
Maison d’édition : Robert Laffont, Collection R
Date de publication : 11 juin 2020
Nombre de pages : 360p.
ISBN-13 : 978-2221140734

Un commentaire sur “La Fiancée par Kiera Cass

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s