À l’aube de ma nouvelle vie par Frédérique Hespel

~ Résumé ~img_0347

Photographe et propriétaire d’une florissante galerie à Paris, Maggy est célibataire depuis peu. Le cœur en miettes, elle part se réfugier en Irlande, où elle va donner des cours de photographie à de jeunes artistes qui ont parfois traversé l’océan pour la rencontrer. Sur place, la colère fait doucement place à la mélancolie. Comment reprendre goût à la vie quand son premier amour est parti ? Qu’il est facile de s’abandonner à la tristesse quand plus rien n’a de saveur ! Maggy est persuadée que son cœur ne pourra plus jamais rien ressentir. Son séjour sur l’île celtique sera semé d’embûches, de rires, de larmes, de trahisons, de découvertes… mais sera surtout l’occasion d’une rencontre qui va changer sa vie à jamais et lui apportera ce sur quoi elle avait définitivement tiré un trait : l’amour.

~ Chronique ~

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez bien! Je reviens aujourd’hui pour vous parler d’un roman feel-good, qui n’est autre que « A l’aube de ma nouvelle vie » écrit par Frédérique Hespel et dont je remercie les éditions Déliées pour l’envoi. J’ai lu ce livre il y a quelques jours et ce fut une très bonne lecture malgré quelques petits points qui m’ont dérangée.

J’ai aimé l’aspect principal de ce livre qui est, comme je vous l’ai dit en introduction, le « feel-good », c’est à dire qu’il m’a fait passer un réel bon moment de lecture. Celle-ci est sans prise de tête, pleine de joie de vivre, avec des messages positifs transmis à la fin du roman qui nous donnent tout simplement le sourire.

J’ai également beaucoup aimé l’image qu’on a ici, à savoir celle d’une femme qui, même après plusieurs déceptions, réussit à prendre un nouveau départ dans sa vie, en prenant son courage à deux mains et en partant à la découverte de nouvelles choses. Cela montre bien que ce n’est pas en se laissant abattre que l’on peut être heureux, mais en ne lâchant rien et en allant toujours au bout de nous-mêmes. Chose que l’auteure a très bien su illustrer, je trouve.

Les personnages ont aussi fait partie de ce qui m’a plu dans ce livre. J’ai trouvé Rose, l’hôte de Maggy, absolument touchante au possible, c’est juste une petite mamie adorable. Raphaël m’a fait énormément rire, il est vraiment la touche d’humour qui fait du bien au roman. Et David/Bob est lui aussi un personnage que j’ai adoré découvrir, à mes yeux il s’agit d’un grand enfant, il a le physique d’un homme mais au fond de lui, il a encore besoin de l’attention de ses proches, attention qui a pu lui manquer par le passé, et par conséquent, il m’a lui aussi beaucoup touchée.

A côté de ça, j’ai eu un peu plus de mal avec Léo, que j’ai honnêtement trouvé exécrable. Il m’a semblé trop hautain et inconstant. Et ensuite, j’ai malheureusement eu un problème avec le personnage principal qui est donc Maggy, dans sa manière d’être. Pour commencer, je l’ai trouvée assez naïve face à différents événements qui se déroulent dans le roman. Ensuite, à mon sens, elle pleurait beaucoup trop. Je ne sais pas, d’accord, il lui est arrivé des trucs vraiment pas évidents, et elle a perdu d’un coup une grosse partie de sa vie, mais elle en arrivait à pleurer juste parce que quelqu’un lui disait « je suis heureuse de vous voir ici », parfois c’était même juste parce que quelqu’un l’invitait à faire quelque chose! Alors au début ça ne me dérangeait pas trop mais comme ça s’est avéré assez récurrent j’ai un peu tilté dessus.. Et enfin, ce sur quoi j’ai vraiment bloqué tout au long du roman, c’est l’importance donnée au corps de la femme. Dès le début, l’auteure nous fait comprendre que Maggy a un corps de rêve, mais comme cette Maggy justement, est la narratrice, et bien j’ai trouvé que cela donnait vite un côté narcissique au personnage. Même si de base, ce n’était sûrement pas le but. Car on peut trouver en substance des phrases telles que « ça a été dur pour moi car depuis toujours les autres femmes envient mon corps » ou encore « je reconnais dans ses yeux de la jalousie quand elle me regarde ». Sans parler du fait que cette obsession de la silhouette féminine se porte également sur d’autres femmes que Maggy, notamment sur le personnage de Betty qui est apparemment un peu plus ronde. Et le problème est le même, Maggy étant la narratrice, lorsqu’elle va dire à peu près au 3/4 du livre « je vois la silhouette toute en courbes de Betty disparaître au loin » et bien cela me gêne, je ne vois pas l’intérêt de parler des formes de Betty à ce moment-là.

Mis à part cela, j’ai adoré la plume de Frédérique Hespel qui est vraiment addictive. La preuve, j’ai totalement dévoré ce roman. J’avais sans arrêt envie de voir quels choix Maggy allait faire ou encore comment est-ce qu’elle allait évoluer dans telle ou telle situation. Cela était favorisé par l’écriture très fluide de l’auteure, qui transposait à merveille les émotions des personnages et les actions du roman.

Pour finir, j’ai eu un avis mitigé sur la romance qui se forme dans cet ouvrage (je ne spoile rien, c’est dans le résumé), en fait, pour moi, elle manquait de crédibilité par son arrivée plus que soudaine, comme un cheveu sur la soupe. J’ai vraiment eu la sensation que les deux personnes concernées sont passées du stade de « on se parle à peine » à « je l’aime depuis le premier jour » et donc j’ai eu du mal à m’émerveiller devant l’histoire d’amour. Pour autant, j’ai aimé la conclusion qui en a été faite, j’ai aimé le pouvoir que ça a eu sur Maggy puisque c’est bien connu, « l’amour nous rend plus fort » ♥ Je lui ai donné une note de 15/20 ☆

Citation :

[…] je cherchai les mots les plus appropriés pour une petite fille de 7 ans.
– Tu as des copines ?
– Plein !
– Tu les aimes ?
– Oui !
– Mais quelquefois vous vous chamaillez ?
– Oui.
– Eh bien là, c’est pareil.
– Ça veut dire que papa va t’offrir un dessin pour se faire pardonner ? P 184.

Et voilà, j’en ai fini avec cette chronique, j’espère que je vous aurai donné envie de lire ce roman tout doux, qui malgré quelques petites aspérités, m’a vraiment fait passer un bon moment de lecture. C’est un livre sans prise de tête, et qui fait du bien au moral. N’hésitez pas à me dire en commentaires si il vous tente et d’ici-là, je vous souhaite pleins de bonnes lectures!

Coline 🌻

Auteure : Frédérique Hespel
Maison d’édition : Déliées
Date de publication : 11 octobre 2018
Nombre de pages : 290p.
ISBN-13 : 979-1034000074

Publicités

6 commentaires sur “À l’aube de ma nouvelle vie par Frédérique Hespel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s