Gardiens des Cités Perdues, tome 8 : Héritages par Shannon Messenger

~ Résumé ~0fee8d61-2382-4aad-9b04-298e2ab03391

Sophie n’en peut plus de vivre dans le mensonge et l’illusion : cette fois, il lui faut des réponses. Mais la vérité n’est pas toujours bonne à entendre, surtout quand elle apporte son lot de nouvelles responsabilités… Et que la jeune fille n’est pas la seule concernée. Car le passé trouble de certains de ses amis n’a rien d’un hasard. Beaucoup sont porteurs d’un destin qui les dépasse, qui se joue d’eux et de leurs principes.
Commence alors un jeu de pistes dangereux, où la fidélité de chacun se voit remise en cause. Et si les indices s’accumulent, le doute, lui, s’insinue dans le petit groupe à mesure que la frontière entre le bien et le mal se trouble. Une question occupe désormais tous les esprits : qui est véritablement digne de confiance ?

~ Chronique ~

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien. Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’une lecture juste achevée et il était temps, il s’agit de Gardiens des Cités Perdues, tome 8 : Héritages par Shannon Messenger pour lequel je remercie les éditions Lumen pour l’envoi. J’ai vraiment adoré ce huitième tome que j’attendais avec beaucoup d’impatience.

J’ai commencé cette lecture en lecture commune avec Madi‘ comme pour tous les tomes de GDCP. Mais je n’avais tellement pas de temps pour le lire avec tout le boulot à la fac que j’ai dû la laisser continuer sans moi, sans quoi elle n’aurait jamais pu le terminer comme elle le voulait. En effet je vous dis ça, j’achève ce livre après plus d’un mois de lecture… Il ne s’agit pas d’une panne de lecture, ni d’un ennui car ce tome était génial, mais tout simplement d’un trop plein de travail qui m’a empêchée de lire comme je le souhaitais pendant deux mois, ce qui a réellement été très frustrant. Le pire étant que, même si j’ai adoré cette lecture, je sens que de l’avoir traînée sur autant de semaines m’en a malheureusement retiré une part de plaisir, je ne peux pas le cacher. Je sais très bien que si j’avais pu le lire dans des conditions normales, ma lecture n’en aurait été que plus incroyable, comme pour le tome 7, donc je suis vraiment triste pour ça…

Néanmoins, comme je vous l’ai dit, ce huitième tome a été superbe. J’étais très émue de le commencer étant donné l’attente depuis le tome 7 et la signification de cette saga dans ma vie de lectrice, surtout par rapport à Madi’ et toutes nos LC ! Dans le peu de temps que j’avais pour m’y consacrer, il s’agissait vraiment de ma petite pause quotidienne qui me permettait de m’évader dans les Cités Perdues aux côtés de tous ces personnages qui sont devenus si chers à mon cœur.

Parlons d’ailleurs des personnages dans ce tome. De manière générale, j’ai encore une fois eu du mal avec Biana et Sophie mais comme c’est le cas depuis le premier tome, rien d’exceptionnel à cela. Biana est bien trop immature et fouineuse tandis que Sophie ne sait jamais ce qu’elle veut et est une véritable girouette, ce qui a tendance à m’exaspérer. Mais à côté de ça, j’adore suivre ses aventures car cela signifie également suivre moultes péripéties et retrouver tous les autres personnages. A commencer par Fitz, qui met énormément de temps à être introduit dans ce tome, ce qui est étrange étant donné les événements du tome 7, et ce qui donne lieu à une relation assez hésitante entre lui et Sophie qui m’a vraiment perturbée pendant tout le tome, j’ai hâte de voir ce qu’il en sera dans le tome 9. En ce qui concerne Keefe, c’est une véritable surprise et révélation. Il est au final celui qui est le plus posé et réfléchi dans ce tome, sans pour autant oublier d’être le farceur du groupe comme on aime qu’il soit. Je l’ai vraiment découvert sous un tout nouvel angle dans ce tome et je me mets à m’attacher à lui de plus en plus. Enfin, je ne peux faire de chronique sur GDCP sans vous parler de Tam, autant vous dire qu’il s’agit toujours de mon bébé, je l’aime d’amour ce personnage même si au final on ne l’a pas vu assez à mon goût dans ce tome.

Héritages est également le synonyme de nombreuses révélations qui ne nous laissent aucun répits durant tout le long de notre lecture. Du début à la fin on en prend plein la vue et les oreilles, et nombre de ces révélations m’ont laissée sur les fesses. Il n’y a pas à dire, Shannon Messenger a vraiment songé à tout pour son univers et n’a rien laissé au hasard. Entre les retours en arrière et l’éclaircissement de choses que nous avions sous le nez depuis le début, nous ne sommes pas au bout de nos peines et je n’en reviens pas de tous ces nouveaux éléments découverts que j’ai hâte de voir plus développés par la suite.

Par contre, j’avoue avoir trouvé le rythme de ce tome assez déroutant, il se passait parfois des centaines de pages où il n’y avait pas de réelle action mais plus des discussions et des échanges, pour d’un coup avoir une dizaine de pages d’action pour retomber ensuite de nouveau dans la narration. Je pense que ça n’a pas participé à m’aider à lire plus de pages lorsque je le pouvais. Ca n’en rend pas ce tome mauvais, pas le moins du monde, la narration était extrêmement intéressante, mais ce fut étrange car les autres tomes de GDCP ne fonctionnaient pas comme cela. J’ai donné à ce tome la note de 17/20 ☆

Quelques citations :

– […] C’est juste que je n’ai pas perdu espoir que tu fasses preuve d’un peu de jugeote, pour une fois.
– Ah, mais ce n’est pas mon style, tu comprends. Mon genre, ce serait plutôt « beau gosse et tête brûlée » ! Ca fait partie de la panoplie du mauvais garçon. (Il s’ébouriffa les cheveux.) P 99.

– Vraiment, observer des garçons qui essaient de communiquer est aussi fascinant que d’étudier des mollusques. Dans les deux cas, tu regardes leur petit corps tout mou en te demandant comment ça peut bien fonctionner. P 365.

– Dites encore une fois le mot « héritage » et je rends mon déjeuner, l’interrompit Ro. Et croyez-moi, l’odeur sera tellement nauséabonde que les autres m’imiteront, dans un grand festival de la gerbe. P 706.

– […] Il y a une chose que tu ne dois pas oublier… c’est que le moindre fait ou détail a le pouvoir de nous altérer. Chaque jour passé. Toute personne rencontrée. Toute expérience, bonne ou mauvaise. C’est ce qui fait de nous ce que nous sommes. P 747.

Et voilà pour mon avis sur ce huitième tome de GDCP. J’ai vraiment passé un incroyable moment même si ce fut sur le long terme ahah. J’ai vraiment hâte d’avoir le tome 9 entre mes mains car vous n’imaginez même pas la violence du cliffhanger de ce roman, c’est injuste ! Ce tome ne sera pas mon préféré de la saga mais il a tout de même été génial. Vous l’avez lu ? Vous avec commencé GDCP ? Je vous attends en commentaires et d’ici-là, bonnes lectures les ami.e.s.

Coline 🌻

Auteure : Shannon Messenger
Maison d’édition : Lumen
Date de publication : 14 novembre 2019
Nombre de pages : 763p.
ISBN-13 : 978-2371022492

Un commentaire sur “Gardiens des Cités Perdues, tome 8 : Héritages par Shannon Messenger

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s